Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CAUCHEMAR EN SOURDINE

17 Octobre 2013 , Rédigé par Vanille LN

CAUCHEMAR EN SOURDINE

25 décembre, dans une jolie maison du Michigan. L'action se déroule sur quelques heures seulement, dans le huis clos d'un décor unique. On se réveille avec Holly, la mère de famille, un peu trop tard en ce jour de Noël. Il y a tant de choses encore à préparer pour le dîner et elle se sent fébrile, taraudée par une pensée, une voix intérieure, qui la poursuit, comme une menace – une prophétie peut-être : "Quelque chose les avait suivis depuis la Russie jusque chez eux.”

La Russie, c'est là que sa fille Tatiana, âgée aujourd'hui de quinze ans et devenue une adolescente boudeuse, a été adoptée, il y a treize ans, dans un orphelinat de Sibérie. Le déroulement de cette adoption, du "coup de foudre", de cette relation immédiate et fusionnelle, apparaît dans le récit par petites touches, contrastant avec le comportement de plus en plus étrange de Tatiana, fait d'agressivité, de provocation, de reproches, alternant avec des moments d'aphasie, de petites métamorphoses physiques, de disparitions... L'adolescence est un thème cher à Laura Kasischke qui considère qu'il "s'agit d'un âge propice au drame, qui possède un grand potentiel tragique et métaphorique." En cela, Tatiana est un archétype fascinant, tout à la fois divinité gâtée, enfant fragile, présence surnaturelle, mauvais esprit qui fait planer son ombre maléfique sur la maison.

Les uns après les autres, les invités du repas se désistent, à cause du blizzard qui bloque les routes de leur banlieue. Et cette journée de Noël se transforme en un tête-à-tête étrangement inquiétant entre Holly et Tatiana...

D'emblée, le lecteur se trouve placé inconfortablement dans un sentiment d'inconnu, il doit avancer tout seul, sur un chemin incertain, sans être guidé par une voix omnisciente, sans pause ni répit.

L'isolement renforcé par la tempête qui empêche la venue des invités, le père coincé à l'hôpital avec ses parents, la réminiscence d'une maladie étrange, des appels inconnus, des blessures, une multitude de signes qui accentuent le malaise croissant et hantent l'esprit d'Holly.

Laura Kasischke maîtrise parfaitement l'art subtil de distiller des indices, tout en trompant sans cesse les attentes, avec un sens du suspense redoutable, qui laisse l'origine du mal à l'état d'énigme permanente et terriblement troublante.

Le ressort de l’angoisse tient au fait qu’on ne peut en déterminer la nature: les phénomènes décrits dans le livre sont-ils d’origine psychologique ou super-naturelle ? C’est cette dualité qui rend les choses effrayantes et intéressantes. Les vrais fantômes ne font pas peur !

On oscille donc entre diverses possibilités toutes effrayantes et mystérieuses.

Mais c'est celle d'une maladie mentale qui devient la piste la plus crédible et qui entraîne le lecteur vers une réalité confuse, diffractée, et sordide, qui corroborerait la thèse d'une déviance familiale, génétique, sociologique, enfouie dans un non-dit horrifiant.

À travers le personnage d'Holly, écrivaine frustrée, Laura Kasischke confie aussi les difficultés de l'écriture, tout à la fois "source d'épouvante et de plénitude". On ne perçoit rien de ces difficultés, tant elle fait preuve d'un vrai talent littéraire pour mettre en mots les forces obscures de la fiction, pour entourer son récit d'un halo de mystère, d'une matière impalpable et suffocante, sur un fond d'inconscient peuplé d'allégories et de fantômes, transfigurant le quotidien en cauchemar. Sa plume est trempée dans une encre d'inquiétante étrangeté, envoûtante, ensorcelante, un mélange de cruauté morbide et de sérénité endormie.

Dans un décor banal et heureux de Noël, Laura Kasischke parvient par petites touches, crescendo, à construire un thriller intime hanté par les démons de l'inconscient, déclenche un véritable séisme familial, qui fait voler en éclat la jolie vitrine des apparences. Quand "l'esprit d'hiver" s'insinue dans les âmes, se joue un cauchemar, imperceptiblement, en sourdine...

CAUCHEMAR EN SOURDINE
Laura Kasischke en 3 livres (by Les Inrocks)

A Suspicious River (1997) A 36 ans, Laura Kasischke, jusque-là poétesse, livre un premier roman incandescent autour d’une jeune réceptionniste qui se prostitue dans une bourgade américaine. Elle est immédiatement comparée à Joyce Carol Oates, pour sa critique vénéneuse de la société, le détournement de ses mythes et inconscient. Devenu introuvable, il est réédité ce mois-ci en Livre de poche.


Rêves de garçons (2007) Proche d’Esprit d’hiver par son économie narrative, le quatrième opus de Kasischke raconte la virée en voiture de trois pom-pom girls et les suites tragiques de leur rencontre avec deux ados. Un cauchemar tapi dans un rêve de velours.


Les Revenants (2011) Sans doute le roman le plus ambitieux de l’auteur : spectres adolescents et manipulations psychologiques sur fond de campus novel funèbre et gothique. Un immense succès.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article