Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

IL N'Y A PAS D'AMOUR HEUREUX

9 Octobre 2013 , Rédigé par Vanille LN

IL N'Y A PAS D'AMOUR HEUREUX

"Comment en vouloir à un ange, surtout si son seul tort est de vous aimer moins ou autrement qu'on l'aime ?"

Cette interrogation du personnage féminin de L'amour fou parcourt en filigrane tout le roman de Françoise Hardy, son premier roman après son étonnante et magnifique autobiographie, "Le désespoir des singes et autres bagatelles". Un roman, elle ne s'en cache pas, très inspiré de sa propre vie amoureuse, une sorte de concentré d'amours vécues, de kaléidoscope d'hommes aimés.

"Ce livre raconte une façon d'aimer qui est extrême et qui ne peut amener que des choses négatives", le drame de l'amour fou, absolu, destructeur. Un amour paroxystique dans le bonheur comme dans la douleur. Bonheur extrême d'être, de se désirer, de jouir ensemble. Déchirure des séparations, des hésitations, des incompréhensions mutuelles. Et l'écriture, le style de l'auteur rendent à la perfection ces paradoxes et cette complexité.

Depuis quelques décennies, on connait et on admire la plume musicale et subtile de Françoise Hardy dans ses textes de chansons. On découvre dans ce roman qu'elle sait aussi faire œuvre d'écrivain, avec un sens précis, aigu, plein de finesse, du mot le plus juste, qu'il soit passionné ou cruel. Elle décrit, analyse, décrypte, dissèque au fil des pages cet amour désenchanté, ambigu, infiniment complexe et tortueux qu'il serait erroné de considérer comme un amour à sens unique. Elle n'est pas seule à aimer ; X. aime aussi, à sa façon, intermittente, dilettante, incohérente, désinvolte. L'amour telle qu'elle le voudrait est impossible et pourtant ils connaissent des moments d'harmonie réels. "Tout semblait merveilleusement simple dès qu'ils étaient ensemble". Mais ces instants d'absolu ne sont malheureusement pas des instants d'éternité, juste des instants suspendus, dérobés et tellement fugaces. "Tant de temps, tant de souffrance, alors que le bonheur semblait si simple". Et "l'amertume de constater l'immense gâchis de leurs deux vies"...

Jusqu'au chapitre 8, le récit est à la troisième personne du singulier, c'est le temps de la mise à distance – est-ce une recherche de relative objectivité ou une volonté de se protéger ? – ; ensuite, le JE resurgit, pour exprimer peut-être l'intimité de la douleur, l'atteinte au plus profond de l'être. J'aime cet emploi de la première personne pour les derniers passages du livre, cette plongée au fond du corps, de l'âme et du cœur, qui les rendent plus sensibles encore, à fleur de peau, tendus sur un fil ténu et si fragile...

"L'amour fou" est un roman incandescent, inventif, le roman de l'amour sublime et sublimé, éprouvé et éprouvant, follement romantique et passionnément ravageur. Un roman sur la volupté et la douleur d'aimer.

"L'amour fou, c'est celui qui vous dépossède de vous-même, tout en vous faisant croire que lui seul peut vous combler".

IL N'Y A PAS D'AMOUR HEUREUX

En même temps qu'elle publiait ce roman, écrit au temps de sa jeunesse, Françoise Hardy sortait un CD, au titre identique, L'Amour fou, aux thèmes identiques, à la résonance parfaite. Le plus étrange et le plus fascinant dans la simultanéité de ces publications, c'est que les sentiments, les impressions, les mots, les paradoxes, sont les mêmes, comme si le temps entre les deux avait été aboli.

"J’ignore ce que j’aime en vous / C’est vous / Mes idées deviennent floues / Je suis à bout / Pourquoi vous ?"

Cet album nous offre la mélodie de toute une vie, la même histoire depuis quelques décennies, son hommage personnel à un amour insensé, où bonheur et douleur sont toujours intimement entremêlés. Au fil des ans et des amours, elle a découvert que l'amour n'était jamais synonyme de la sérénité rêvée. Mais c'est sans plainte et sans regrets que, dans une parfaite cohérence artistique, elle dit cela, en dix chansons, d'une sobriété et d'une pureté qui ne laissent place qu'à l'essentiel. Comme toujours sans complaisance et sans artifices, Françoise Hardy se livre, avec cette voix douce, posée, mélancolique, sur des accords de piano aux accents classiques, subtilement soulignés d'harmonies de cordes. L'album impose son rythme, andante la plupart du temps, allegro ma non troppo parfois, un rythme qui sans doute en surprendra certains tant il est aux antipodes de l'écrasante majorité des productions musicales actuelles. Mais c'est ce rythme-là et pas un autre qu'il convenait d'imprimer aux mélodies de cet album, et qui oblige à s'abandonner, à se laisser porter et ensorceler.

On aurait tort de n'entendre dans ces chansons que de la tristesse et de la douleur, dans ses ombres, se dévoilent une myriade de petites lumières, étincelantes ou tamisées, qui révèlent l'extraordinaire relief de la complexité du sentiment amoureux.

La voix de Françoise Hardy renforce cette impression, une voix claire, pure, sobre et calme dans laquelle on devine aussi une intense continue, qui emplit son interprétation d'une émotion infinie, troublante, bouleversante, et qui donne aux textes une densité rare.

Les textes, à l'exception de deux d'entre eux, sont de sa plume, et chaque mot nous parle d'elle, ajoute un éclat de pierre à la mosaïque de son existence, dominée par l'impossible quête, celle de l'absolu.

Avec l'élégance parfaite qui la caractérise, Françoise Hardy confie les attentes éternelles du cœur, l'amour distant, le désir possessif, les contradictions de la raison et de la passion, et, en point d'orgue de cet hymne à l'amour éperdu et douloureux, donne "rendez-vous plus tard, dans une autre vie, pour nous aimer mieux et plus qu'aujourd'hui"...

IL N'Y A PAS D'AMOUR HEUREUX

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article