Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LA SONATE DES BONNES PERSONNES

27 Février 2014 , Rédigé par Vanille LN

LA SONATE DES BONNES PERSONNES

"Quelle tyrannie d'être vivant quand on se sait que ça se passe à une seconde près, qu'ils n'y a pas de repos, qu'il suffit de regarder à gauche pendant que ça se passe à droite et que les espoirs meurent au moment où l'on se trompe."

Franck Steiner, chercheur au CNRS, voit sa maison prendre feu, se consumer lentement, et toute sa vie bascule. Ses certitudes, ses valeurs, ses aspirations s'en trouvent bouleversés. Lui-même est perdu, embarqué dans un tourbillon de rencontres, d'événements, d'expériences et de pensées qui remettent tout en cause, à la fois son passé et son identité profonde. Il est essentiellement un homme de son temps, en proie à mille questionnements, doutes et désirs. Il est hésitant, entouré de femmes bien plus forte que lui. Son égoïsme, ses tromperies, ses mensonges sont les marques de sa fragilité et de son hyper-sensibilité. Toute sa vie lui échappe, il n'a plus aucune prise sur les événements de son existence, il les subit, non par désinvolture ou indifférence mais plutôt par une obstination à vouloir tout comprendre, les choses comme les êtres...

Une question traverse tout le récit : "Les hommes sont-ils des êtres mus par leurs besoins, par leurs idéaux ou par leur quête du plaisir ? Qu'est-ce qu'une vie réussie à l'heure où le monde change ?" Pris entre sa fille, qui porte un regard à la fois lucide et sans concession sur le monde, et sa femme, trop perfectionniste pour être pleinement heureuse, Franck est le seul à croire encore à ses propres mensonges. Sa seule réponse à tous ses questionnements reste l'ambition, mais c'est une illusion de réponse, transmise de père en fils. Les propos de son père le hantent, un père "mélange de tsunami et de printemps noir", à la fois absent et omniprésent. Il est encombré par l'héritage imposé de cet homme dont il ne sait que faire, ne parvenant ni à s'en affranchir tout à fait ni à s'y reconnaître vraiment. Comment de toute façon mener à son terme cette quête de réponse dans un monde qui n'en offre aucune ?

Après avoir dans ses précédent livres exploré avec tant de finesse et de sagacité l'univers et la psychologie féminines, Delphine de Malherbe a choisi cette fois-ci de poser son regard et ses mots sur la virilité, ses forces, ses doutes, ses désirs, ses besoins, ses incertitudes. D'une plume toujours aussi ciselée et juste, elle dépeint subtilement les difficultés d'un homme perdu dans un monde fêlé, égaré dans une société en déclin, aux codes flous, sans véritables repères et dans laquelle il est si compliqué de rester fidèle à ses valeurs, à ses aspirations, à des convictions qui semblent souvent dépassées. "Vouloir accomplir une chose, et constater que je demeure incapable de faire ce geste, écartelé entre mes désirs immédiats et mes aspirations profondes." Déchiré entre ses paradoxes les plus intimes, Franck est condamné à l'inaction, à l'impuissance ou aux pulsions. Et à travers lui, ce sont tous les hommes de notre temps qui sont portraiturés, avec autant d'élégance que de finesse.

À l'heure où les hommes vivent est un roman puissant, vertigineux, qui cogne au cœur en ce qu'il décrit des situations, des moments clés de l'existence auxquels chacun peut être confronté, ces instants d'équilibre instable qui nous place aux carrefours de nos vies, qui sont infiniment complexes, douloureux parfois, angoissants toujours mais qui permettent souvent de redéfinir ses priorités, de changer de perspectives, voire de vie.

L'écriture – magnifique, puissante – est en parfaite correspondance avec les nombreux thèmes du roman, contemporaine, vivante, sensible et nous entraîne dans un thriller psychologique impeccablement orchestré et mis en scène.

Le roman ne donne pas de réponses aux multiples questions posées – ce n'est pas son rôle... Bien au contraire, il vient bouleverser nos certitudes, interroger nos incertitudes et formuler cet unique vœu pour le lecteur et pour tout homme, à l'heure où il vit : "Que sa vie ne soit pas un mensonge et que son vécu ne fasse pas [de lui] une personne divisée."

LA SONATE DES BONNES PERSONNES

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article