Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RÉALITÉ VIRTUELLE

25 Août 2014 , Rédigé par Vanille LN

RÉALITÉ VIRTUELLE
"Agoraphobe et schizophrène, Thomas Kilbride n'a pas quitté sa chambre depuis quinze ans. Sa seule ouverture sur le monde : son ordinateur, et l'application Whirl360, un site de cartographie en ligne dont il mémorise chaque détail, persuadés que ses connaissances pourront un jour servir à la CIA. Et puis, un jour, alors qu'il arpente virtuellement les rues de Manhattan, Thomas voit, il en est sûr, le visage d'une femme à la fenêtre, asphyxiée dans un sac plastique. Peut-on encore la sauver ? Doit-il prévenir la police ? Qui pour croire les propos d'un témoin aussi peu fiable ? Une seule personne peut l'aider : son frère Ray qui avait choisi de prendre ses distances avec la folie de Thomas. Cette fois pourtant... Et si Thomas avait réellement assisté à un meurtre ? Et s'il y avait un tueur en liberté ? Et si tout cela n'était que le début d'une terrifiante course-poursuite ?"

Dès les premières pages du roman, Barclay plonge son lecteur, avec Thomas, au cœur de l'histoire avant un flash-back qui introduit les autres personnages et tisse la toile d'une intrigue remarquable, s'appuyant sur la ténuité de la frontière entre réel et virtuel, dans un monde où certains logiciels permettent de voyager sans quitter sa chambre et de s'introduire dans la vie des autres sans qu'ils s'en aperçoivent. Le personnage de Thomas, dans un équilibre précaire entre folie et génie, contribue à maintenir l'intérêt d'un polar singulier qui aurait cependant gagné à être plus dense.

En effet, la multiplicité des personnages, des histoires et des possibles desservent en définitive le roman et émoussent le suspense en ralentissant le rythme de la narration. La profusion de détails, parfois superflus, finit par lasser le lecteur...

Si l'on aime à être dérouté et intrigué, emporté vers différentes pistes plus ou moins envisageables, en revanche, il est désagréable d'être égaré dans une nébuleuse parfois fouillis et dont on peine à voir la justification tant les liens entre les épisodes semblent parfois plus qu'improbables.

Cela est d'autant plus dommage que cette transposition libre au XXIème siècle du "Fenêtre sur cour" d'Hitchcock est, dans l'idée, pour le moins originale, inventive, intelligente. Il manque au scénario une atmosphère plus prenante, du frisson, de l'intensité pour un faire un polar passionnant plutôt qu'un roman éparpillé.

Dommage.

Véritable star aux Etats-Unis et en Angleterre, Linwood BARCLAY a fait une entrée spectaculaire dans le club très fermé des grands maîtres du thriller. Après Cette nuit-là (2009), Les Voisins d'à côté (2010), Ne la quitte pas des yeux (2011), Crains le pire (2012) et Contre toute attente (2013), Fenêtre sur crime est son sixième roman à paraître chez Belfond. Il est également l'auteur de Mauvais pas (2012) et Mauvais garçons (2013), la série mettant en scène le personnage de Zack Walker.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article