Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(ÉNIÈME) RÉCIT DE GALÈRE D'UNE JEUNE PROF

7 Décembre 2014 , Rédigé par Vanille LN

(ÉNIÈME) RÉCIT DE GALÈRE D'UNE JEUNE PROF
"«Sur le quai de la gare Saint-Lazare, entre trois grosses valises et une poignée de pigeons, je reste étourdie.
Après des dissertations de sept heures, une maîtrise imparable de l’exophore mémorielle, une science sans faille de l’évolution des sons [aü] et [eü] au XVIIIe siècle, une acquisition sûre de la notion de valence et d’analyse actancielle, une compréhension intime des hypotyposes, une fréquentation assidue du Canzionere de Pétrarque, l’Éducation nationale m’expédie dans les tréfonds de l’Ouest, au cœur de la Haute-Normandie, entre les départementales D32 et D547, à Saint-Bernard de l’E., au collège des 7 Grains d’Or, au beau milieu des champs de maïs.»
Douglas, Jordan, Jeffrey, Kelly, Charlotte et quelques autres seront les premiers élèves de cette enseignante envoyée dans un collège de campagne. Des élèves tour à tour exténuants et attachants, qui ont perdu leur culture rurale et ressemblent étrangement aux enfants des villes. À côté des cours, il y aura aussi la formation de l'IUFM, hilarante à force d'inepties, qui tient à tout prix à transformer les 'parents d'élèves' en 'géniteurs d'apprenants'. "

Comment ? ENCORE un livre de jeune prof débutante confrontée aux difficultés du métier d'enseignant ?! me direz-vous. Et vous aurez raison.

Rien d'étonnant, rien de surprenant, rien qui n'ait déjà été vécu, raconté, écrit, publié sur le sujet dans ce récit qui vient seulement s'ajouter à l'énorme pile des articles, tribus et bouquins qui l'ont précédé.

Et l'on retrouve donc notre jeune prof intello, inexpérimentée, tout juste sortie de sa fac et de son concours, parachutée non pas cette fois-ci dans un établissement de banlieue (ce sera pour l'année suivante) mais dans un collège normand perdu au milieu de nulle part. Qu'importe, les désillusions et les galères seront les mêmes, les élèves de la "campagne provinciale" n'étant guère différents de ceux du 9-3. Même niveau catastrophique, mêmes problèmes de vocabulaire, de culture et de discipline, mêmes parents démunis et démissionnaires.

Sans oublier bien évidemment l'inévitable chronique des cours à l'IUFM, institution surréaliste s'il en est, tellement plus proche d'une pièce de Ionesco que de la réalité d'une salle de classe, avec son lexique délirant et abscons, ses "conseils" totalement décalés et impraticables, ses ateliers inutiles et verbeux. Là non plus rien de détonnant, d'original ou de révolutionnaire, juste une série de constats largement partagés et vainement répétés. Contrairement à la quatrième de couverture, je n'ai perçu dans ce livre ni héroïsme ni comique ni espoir. J'y ai lu de la résignation, les efforts désespérés pour se raccrocher à une amitié ou un élève touchant "malgré tout", l'attente que l'année passe et se termine enfin, l'aspiration à changer d'établissement l'année suivante.

On comprend qu'Emmanuelle Delacomptée ait eu besoin d'écrire ce qu'elle a vécu, comme thérapie, pour ne pas devenir aussi déjantée que l'institution dans laquelle elle exerce, pour elle-même. Mais les vies de jeunes profs se suivent et se ressemblent, et celle-ci ne fait pas exception. Mêmes causes, mêmes constats, même inanité.

(ÉNIÈME) RÉCIT DE GALÈRE D'UNE JEUNE PROF
Emmanuelle Delacomptée-Dugain est née en 1981 à Sartrouville. Elle enseigne le français depuis 2005, et travaille aujourd'hui en Seine-Saint-Denis, après une expérience en Normandie. Elle est par ailleurs lectrice aux éditions Gallimard.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article