Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

TOUS ICI, TOUS RELIÉS, TOUT LE TEMPS

16 Février 2015 , Rédigé par Vanille LN

TOUS ICI, TOUS RELIÉS, TOUT LE TEMPS
"Sa force, Wash la puise dans les voix de ses ancêtres africains ; dans les souvenirs de sa mère, Mena ; dans les rituels chamaniques auxquels elle l'a initié dans son enfance ; dans les talismans qu'elle lui a légués ; et aujourd'hui, dans ces instants volés le long de la rivière, auprès de Pallas, esclave elle aussi, métisse et guérisseuse.

Sa force, c'est ce qui lui a permis de survivre. Aux humiliations de ses anciens maîtres, jaloux de sa capacité à endurer le pire sans jamais montrer sa douleur ; aux coups qui lui ont ôté un oeil ; au marquage au fer rouge, sur sa joue, de la lettre des fugitifs.

Cette force, c'est ce qui l'aide à supporter que Richardson, son maître, pour sauver la plantation d'une ruine annoncée, l'utilise désormais comme étalon reproducteur. Qu'il le loue chaque vendredi aux propriétaires voisins pour féconder leurs esclaves.

Et quand sa force vacille, Wash se raccroche à Pallas et l'écoute parler du lien qui unit maître et esclaves dans une toile d'araignée aussi fragile qu'inévitable."

Premier roman de l'Américaine Margaret Wrinkle, Wash se situe dans les années 1800-1825, dans le sud profond des Etats-Unis, le long de la frontière du Tennessee. À la fin de la guerre anglo-américaine de 1812, un ancien combattant, Richardson, revient dans sa plantation en ruine. Désespéré, il suit les conseils de ses voisins et se lance dans l'élevage d'esclaves, sur le modèle de l'élevage de chevaux, puisqu'il est désormais interdit d'importer des esclaves d'Afrique. Il choisit comme étalon reproducteur un jeune homme grand, fier, vigoureux et d'une incroyable beauté, une sorte de "pur-sang" d'Afrique de l'Ouest, Washington, dit "Wash". Sa mère, Mena, a été violemment arrachée à son pays alors qu'elle n'était encore qu'une toute jeune femme et qu'elle était enceinte ; Wash est donc lui aussi un esclave, il n'a jamais connu que cette condition.

Richardson met en œuvre son projet sordide et abject : chaque semaine, il fait mener Wash pour féconder les esclaves des voisins, contre rémunération. Est ainsi organisé un viol légal, systématique, infâme auquel Wash ne peut rien... Peu à peu, dans toutes les plantations alentours, sur les visages des enfants d'esclaves, il reconnaît ses propres traits. Un moyen certes odieux mais un moyen tout de même d'atteindre l'immortalité et de transmettre le sang de ses ancêtres africains.

Dès le prologue, on est saisi par l'écriture forte, somptueuse, poétique qui sert le récit sous forme de destins croisés entre les trois personnages principaux. Points de vue, voix, sensations et sentiments s'entremêlent, renforçant la puissance tragique et terriblement évocatrice de l'histoire. L'auteur évite subtilement les caricatures, ls stéréotypes et les clichés, gageure sur un sujet aussi douloureux que celui de l'esclavage. Elle réussit brillamment un récit coup de poing, sans manichéisme, où les retours en arrière nous plongent un peu plus encore dans l'histoire de Wash. Le style puissant et visuel, le récit tragique et violent s'imposent à l'esprit du lecteur.

Au-delà de l'horreur de l'esclavage et des actes imposés, le roman pose aussi la question de la liberté ou plutôt de comment parvenir à se préserver un espace de liberté dans une vie qui n'est qu'emprisonnement. Wash tente de se construire une identité qui soit vraiment la sienne, qui lui permettrait de ne pas être uniquement la propriété de son maître.

Rien n'est épargné au lecteur des horreurs perpétrées et certaines scènes sont à la limite du supportable. Même ce qui n'est que suggéré induit une profonde impression de malaise. Néanmoins, il semble que ces passages, aussi difficiles soient-ils, se révèlent nécessaires dans ce roman sans concession, violent, poignant, peuplé de personnages inoubliables et qui touche autant qu'il interpelle.

TOUS ICI, TOUS RELIÉS, TOUT LE TEMPS
Née à Birmingham, en Alabama, Margaret Wrinkle est écrivain, réalisatrice, éducatrice et artiste visuelle. Elle a gagné le prix du National Council on Foundations Film Festival pour son documentaire broken ground sur les divisions raciales dans sa ville natale. Sélectionné dans le Top 10 des meilleurs livres de l'année du Wall Street Journal et de O le magazine d'Oprah Winfrey, récompensé par le prix Flaherty-Dunnan du premier roman, massivement soutenu par une presse unanime et élogieuse, Wash est son premier roman.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article