Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'ÉTÉ MEUTRIER

14 Mars 2015 , Rédigé par Vanille LN

L'ÉTÉ MEUTRIER
Dans une petite communauté au nord de San Francisco, à flanc de montagne, Rachel et Patty vivent avec leur mère depuis le divorce de leurs parents. Inspecteur de police, leur père est bientôt chargé d’une enquête qui a pour théâtre le terrain de jeu des deux sœurs, la montagne où elles passent le plus clair de leur temps. Un tueur en série y traque des jeunes femmes pour les tuer et les violer. Alors que Rachel, treize ans, entre dans la période trouble et indécise de l’adolescence, les sœurs se mettent en tête d’aider leur père et de trouver le tueur – malgré les mises en garde des adultes, qui sont loin de soupçonner l’étendue de l’imagination des enfants… 

Inspiré d'une histoire vraie, le roman de Joyce Maynard a aussi des accents autobiographiques puisque la narratrice, Rachel, est devenue écrivain en grandissant. Cette introspection donne au récit toute la subjectivité nécessaire pour plonger le lecteur dans l'ambiance de l'histoire. Le point de départ en est une série de crimes perpétrés par un étrangleur de jeunes filles qui laissent ses victimes nues, dans la nature, les chevilles attachées par des lacets et les yeux scotchés avec du ruban adhésif… Mais cette trame ne fait pas pour autant de L'homme de la montagne un roman policier : elle n'est qu'un prétexte pour explorer les rapports entre les membres de la famille Toricelli. Le père, inspecteur de police, totalement absent depuis le divorce ; la mère, profondément dépressive ; et surtout les deux sœurs, Rachel et Patty, 11 et 13 ans, qui sont les véritables héroïnes du livre. Leur relation très forte tend à s'étioler au fur et à mesure que l'adolescence modifie le comportement de Rachel et l'éloigne de sa petite sœur, au profit de sorties avec les filles "populaires" de sa classe. Patty apparaît dès lors plus mature, moins influençable que son aînée. En contrepoint de l'évolution de cet amour fraternel, Joyce Maynard nous offre une observation très juste de l'adolescence, ce moment d'entre-deux où une jeune fille n'est plus une enfant mais pas encore une femme, un moment d'ambiguïté où règne la jalousie envers les autres, la scrutation tout à la fois embarrassée et obsédante des métamorphoses du corps, les jugements ambivalents sur les parents, les préoccupations soit mièvres soit morbides, l'âge incertain de tous les tourments et de tous les espoirs.

Malgré quelques scènes répétitives, L'homme de la montagne est un beau roman d'apprentissage, empreint de nostalgie et porteur de toutes les contradictions qui peuvent habiter une adolescente que le fait divers est un prétexte original pour révéler. L'écriture est forte, peuplée de métaphores et d'allégories qui font de ce récit une belle fantasmagorie, tout à la fois angoissante et sensible.

CITATION

« les filles de treize ans [qui] sont grandes et petites, grosses et maigres. Ni l’un ni l’autre, ou les deux. Elles ont la peau la plus douce, la plus parfaite, et parfois, en l’espace d’une nuit, leur visage devient une sorte de gâchis. Elles peuvent pleurer à la vue d’un oiseau mort et paraître sans cœur à l’enterrement de leurs grands-parents. Elles sont tendres. Méchantes. Brillantes. Idiotes. Laides. Belles. »

L'ÉTÉ MEUTRIER
Née en 1953 dans le New Hampshire, Joyce Maynard est une écrivain américaine, auteure de nombreux romans et essais.
En 1972, alors qu'elle est étudiante à Yale, le New York Times Magazine publie son article "An Eighteen Year Old Looks Back on Life". À 19 ans, elle a une relation durant un an avec JD Salinger qui la marquera profondément et qu'elle raconte dans "Et devant moi le monde."
Son roman To Die For (Prête à tout) a été adapté au cinéma par Gus Van Sant en 1995 dans le film du même nom.
Elle a notamment publié :
Une adolescence américaine
Baby Love
Long Week-end 
Les filles de l'ouragan

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article