Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LA VÉRITÉ D'UN HOMME, C'EST D'ABORD CE QU'IL CACHE

19 Août 2013 , Rédigé par Vanille LN

LA VÉRITÉ D'UN HOMME, C'EST D'ABORD CE QU'IL CACHE

Un tableau célèbre du Titien exposé au Louvre présente une anomalie dans sa signature : pourrait-il être l'unique œuvre restante d'un des plus grands peintres de la Renaissance vénitienne, un élève prodige de Titien, que lui-même appelait "le Turquetto" ?
Cette énigme de la peinture italienne est le point de départ du roman de Metin Arditi qui nous entraîne dans un passionnant et tumultueux voyage de Constantinople à Venise sur les traces d'un surdoué de la peinture,un jeune juif, fils de marchand d'esclaves à Constantinople, qui ne peut s'empêcher de dessiner les gens qu'il croise, même si sa religion s'oppose à la représentation de figures humaines. Des années plus tard, il est un peintre reconnu, très demandé à Venise sous le nom de Turquetto. Ses origines juives sont ignorées de ses nombreux admirateurs...
Par petites touches, subtilement, l'auteur esquisse un portrait du jeune garçon, de son entourage, de la ville de Constantinople et de ses bazars, une vile vivante et envahie de mille petits métiers et commerces. L'atmosphère de Venise est bien différente. Venise, la ville de tous les pouvoirs, de tous les vices, de toutes les jalousies et dans l'ombre, la trahison va bientôt frapper. Autour du Turquetto, l'auteur peint tout en sobriété et en profonde empathie pour son personnage dont il rend l'œuvre parfaitement "visible", avec beaucoup de finesse et d'acuité un portrait de Venise et de l'Église toute puissante, Venise avec ses nobles, le Doge, la vanité, les vices, la bêtise, la corruption, l'attrait du pouvoir... et l'Inquisition qui va percer à jour la véritable identité du Turquetto, ses origines juives, et trouver des témoins fallacieux et des prétextes iniques pour condamner le peintre à mort et ses œuvres à l'autodafé... L'histoire d'une œuvre d'art est toujours un sujet terriblement fascinant, et Metin Arditi parvient à le lier avec intelligence aux thèmes de l'identité et de l'intolérance religieuse, réussissant ainsi un roman magnifique, tant sur le plan humain ou artistique que culturel ; un roman sur la tolérance, l'amitié, le regard profond et vrai que l'on porte sur les gens et les choses ; un roman sur la passion du dessin, du trait juste, de la calligraphie, de la peinture ; sur l'importance du regard et de l'observation...
Tout à la fois roman historique et roman d'aventures, superbement construit en quatre périodes et en deux lieux, "Le Turquetto" nous entraîne à vive allure dans de multiples péripéties tout en réussissant à poser subtilement, par chacune de ses vives et courtes scènes, comme autant de miniatures dans l'ampleur du décor, une atmosphère, un personnage, un thème. Celui de la religion est particulièrement approfondi, intrinsèquement lié à la réflexion sur les rapports entre l'art, le divin et le pouvoir, et sur les déchirements d'une humanité en perpétuel conflit. Un roman foisonnant qui pose mille questions tout en préservant le mystère du Turquetto...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article