Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La vie n'est qu'une succession de repos et de déséquilibres dont l'ordre n'obéit à aucune nécessité...

31 Juillet 2013 , Rédigé par Vanille LN

La vie n'est qu'une succession de repos et de déséquilibres dont l'ordre n'obéit à aucune nécessité...
Lou Bertignac est une enfant surdouée. A 13 ans, elle est déjà au lycée et se retrouve complètement en décalage par rapport au monde qui l'entoure, du fait de sa précocité mais aussi de sa vie de famille, marquée par un traumatisme avec la mort subite de Thaïs. La mère de Lou ne s'en est d'ailleurs jamais remise et a démissionné de la vie en s'isolant dans son propre monde, peut-être pour ne plus jamais prendre le risque de souffrir. Lou est une jeune fille qui se pose beaucoup de questions farfelues, très curieuse, et surtout une grande rêveuse. Elle aussi, elle vit un peu dans son monde, et manque de confiance en elle lorsqu'il s'agit de revenir sur Terre. Un jour, Lou doit trouver une personne sans domicile fixe, une femme, afin de l'interroger pour un exposé à l'école. Et ça tombe bien : le destin va la mener à rencontrer No, une jeune sans abri âgée de 18 ans. Lou l'invite régulièrement à boire des coups et peu à peu, leurs discussions vont au-delà de l'interview prévue. Les jeunes filles s'apprivoisent, s'attachent l'une à l'autre... Mais peut-on vraiment lutter contre toute la violence de la vie? Lou est-elle vraiment de taille à sauver No, brisée par celle-ci?


Lou Bertignac est une adolescente surdouée, intellectuellement en avance sur les élèves de sa classe qui ont donc tous deux ans de plus qu'elle...Et même si elle est toujours en tête des classements, ces deux ans d'écart sont difficiles parfois à assumer. Alors, la différence et le sentiment d'exclusion, Lou connaît bien...
" Depuis toute la vie je me suis toujours sentie en dehors, où que je sois, en dehors de l'image, de la conversation, en décalage, comme si j'étais seule à entendre des bruits ou des paroles que les autres ne perçoivent pas, et sourde aux mots qu'ils semblent entendre, comme si j'étais hors du cadre, de l'autre côté d'une vitre immense et invisible. "
En classe, elle déteste particulièrement prendre la parole devant les autres. Alors, le jour où un professeur lui demande quel sujet d'exposé elle choisit, elle dit : "Les sans-abri." Avec sa sensibilité exacerbée, elle veut comprendre comment ils vivent, et comment ils en sont arrivés là... Elle rencontre No, une jeune SDF, 18 ans à peine. Et, alors que tout semble les séparer, il semble au contraire à Lou que quelque chose (leur solitude ? leur "marginalité"?) les rapproche, les unit... : " (...) On aurait pu j'en suis sûre dessiner un cercle autour de nous, un cercle dont je n'étais pas exclue, un cercle qui nous enveloppait et qui, pour quelques minutes, nous protégeait du monde. "

No sonne comme "non", comme "nothing"... No en fait s'appelle Nolwenn, elle vit - survit - dans la rue. Elle n'a aucun où aller, sauf parfois chez une "copine" qui la supporte de moins en moins. L'échange est difficile, No est sur la défensive, butée, elle souffre en silence et ne veut pas l'admettre...
Malgré cela, Lou parvient à la rencontrer, dans un café où No accepte de se rendre. Peu à peu, elle se laisse approcher, atteindre, apprivoiser, d'abord en silence, puis dans des confidences parcimonieusement distillées. " Et notre silence est chargé de toute l'impuissance du monde, notre silence est comme un retour à l'origine des choses, à leur vérité. ".
Du haut de ses quatorze ans, Lou, mieux que les adultes indifférents, mesure l'ampleur désolante de la lâcheté, et l'ironie de notre monde, capable de mettre des satellites en orbite tout en laissant des gens dormir, et parfois crever, dans la rue.
Alors avec Lucas, un garçon de sa classe, tout sauf précoce, mais à sa manière différent lui aussi, ils vont tenter de rompre le cercle vicieux et sauver No du naufrage. Mais suffit-il d'une main tendue et d'un cœur ouvert...?
On ne peut en dire davantage, il faut en découvrir le déroulement par la voix de sa narratrice, la petite Lou. L'écriture sensible et subtile de Delphine de Vigan nous donne l'impression de l'entendre parler à travers ces pages, présente, hésitante, mature et gamine à la fois, révoltée face à la faiblesse des adultes. Elle est joliment battante, touchante, et nous incite par ses réflexions tellement sensées à nous interroger sur nos propres attitudes.
Un seul impératif : "Ne renoncez pas".
On est happé par cette histoire si juste et si bouleversante qui nous rappelle que "nul n'est à l'abri..." A l'abri de l'indifférence, de l'incompréhension, de la lâcheté des autres aussi...
" Dans les livres il y a des chapitres pour bien séparer les moments, pour montrer que le temps passe ou que la situation évolue, et même parfois des parties avec des titres chargés de promesses, La rencontre, L'espoir, La chute, comme des tableaux. Mais dans la vie il n'y a pas de titre, pas de pancarte, pas de panneau, rien qui indique attention danger, éboulements fréquents ou désillusion imminente. Dans la vie on est tout seul avec son costume, et tant pis s'il est tout déchiré. " Et c'est pour cela aussi que la littérature est précieuse : pour nous aider à vivre même avec un costume déchiré...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article