Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LE PETIT LIVRE JAUNE

18 Août 2013 , Rédigé par Vanille LN

LE PETIT LIVRE JAUNE

"Je ne peins pas l'être, je peins le passage : non pas un passage d'un âge en autre, ou comme dit le peuple de sept en sept ans, mais de jour en jour, de minute en minute. Il faut accommoder mon histoire à l'heure. Je pourrai tantôt changer, non de fortune seulement mais aussi d'intention. C'est un contrôle de divers et muables accidents, et d'imaginations irrésolues, et quand il y échoit, contraires : soit que sois autre moi-même, soit que je saisisse les sujets par autres circonstances, et considérations." écrit Michel de Montaigne dans ses Essais.

"Le style de Montaigne, c'est cela : une cape jetée sur l'épaule, un manteau en écharpe, un bas qui tombe ; c'est le comble de l'art qui rejoint la nature."

Comment dès lors parvenir à saisir l'œuvre et son auteur, qui "vit comme il voyage – sans but, ouvert aux sollicitations du monde", qui "n'est pas à une contradiction près", qui se définit lui-même comme "un philosophe imprémédité et fortuit" et dont le livre "n'est d'ailleurs qu'un assemblage de morceaux juxtaposés, une mosaïque de pièces disparates, une bigarrure que rien n'empêche d'étendre indéfiniment, selon les occasions" ?

Il fallait bien toute l'érudition et toute l'intelligence d'Antoine Compagnon pour y parvenir, mais aussi toute sa finesse et toute sa modestie. France Inter ne s'y est pas trompé en lui demandant de parler des Essais à la radio, quelques minutes par jour, durant un été. L'idée lui a d'abord semblé bizarre, elle est à tout le moins audacieuse. Inviter les auditeurs à partir en vacances avec Montaigne est une proposition ambitieuse et osée, qui se révèle pertinente et excellente. En témoignent le succès des émissions radiophoniques et celui encore plus énorme du petit livre jaune dont elles sont la transcription.

En quelques 40 courts chapitres – une par émission –, Antoine Compagnon nous entraîne "à sauts et à gambades" dans l'œuvre de Montaigne, donc par là-même dans l'esprit de l'écrivain puisque l'homme et le livre ne font qu'un. À l'instar de Montaigne, il nous offre la possibilité d'une lecture telle que celui-ci la concevait : "une lecture versatile, papillonnante, distraite, une lecture de caprice et de braconnage", qui nous permette de piocher au gré de notre fantaisie, "par hasard et de façon improvisée, sans projet ni délibération", dans les différents thèmes des Essais abordés par Compagnon, parmi lesquels on trouve l'engagement, la conversation, l'amitié, l'éducation, l'écriture, la philosophie, le changement, la désinvolture ou l'enseignement...

En grand connaisseur de l'œuvre de Montaigne, l'auteur nous mène sur des chemins de traverse par rapport à tout ce qu'on a déjà lu ou étudié des Essais. Surtout ne pas se cantonner à cette "morale traditionnelle tirée des Essais sous forme de sentences", ces petites phrases dont on use et abuse sans parfois même en connaître l'auteur, l'origine et le contexte. Mais oser prendre une certaine liberté par rapport à la conception puriste régnante au temps de ses études où l'on prônait de façon absolue "le retour au texte dans sa complexité et ses contradictions".

Entre ces deux extrêmes, Antoine Compagnon réussit à trouver son "assiette", son équilibre. "Choisir une quarantaine de passages de quelques lignes afin de les gloser brièvement, d'en montrer à la fois l'épaisseur historique et la portée actuelle, la gageure paraissait intenable. Fallait-il choisir les pages au hasard, comme Saint-Augustin ouvrant la Bible ? Prier une main innocente de les désigner ? Ou bien traverser au galop les grands thèmes de l'œuvre ? Donner un aperçu de sa richesse et de sa diversité ? Ou encore, me contenter de retenir certains de mes fragments préférés, sans souci d'unité ni d'exhaustivité ? J'ai fait tout cela à la fois, sans ordre ni préméditation." explique l'auteur en sa préface.

Cette façon de procéder, en parfaite adéquation avec la pensée en mouvement de Montaigne, permet à Antoine Compagnon de parcourir l'essentiel des Essais ; d'en respecter le style, la profondeur et l'esprit ; et surtout, d'inciter ses lecteurs à lire et relire les Essais.

Car là est bien son objectif: non pas faire un résumé ou une sorte de "best-of" de la pensée de l'écrivain pour remplacer un livre fort conséquent mais bien au contraire, en restant toujours au plus près du texte, de donner envie à chacun de replonger dans l'œuvre immense, indispensable, inépuisable de Montaigne.

Et c'est terriblement réussi.

LE PETIT LIVRE JAUNE

À LIRE :

❊ LES ESSAIS DE MONTAIGNE, ÉVIDEMMENT !!! (je conseille la version en français moderne, aux Editions GALLIMARD, collection Quarto)

❊ le MONTAIGNE de STEFAN ZWEIG

INTERVIEW D'ANTOINE COMPAGNON (Le Figaro du 09/08/2013)

Antoine Compagnon: «Une éthique de vie qui n'a pas pris une ride»

-En quoi Montaigne est-il toujours notre contemporain, plus de cinq siècles après sa mort?

Le vif intérêt des Essais est lié aux thèmes abordés et qui sont toujours les nôtres: l'amour, la mort, la vanité, l'amitié, les voluptés, l'amour des livres, la fascination pour la beauté, la maladie… Sans oublier son engagement politique à un moment critique de l'Histoire de France. Montaigne est un humaniste, un partisan de la tempérance, un homme de la modération.

-Comment expliquez-vous le succès rencontré par Un été avec Montaigne ?

Mis à part l'excellent titre, très séducteur, ce succès public et critique répond à une attente: celle de découvrir ou redécouvrir un auteur classique, un sage, qui a rédigé un véritable exercice spirituel, fragmenté, et ce avec une grande liberté de ton. Reste que cet accueil est aussi réjouissant que déconcertant… L'éthique de vie que propose Montaigne n'a toujours pas pris une ride. C'est également une esthétique, un art de vivre en beauté, qui ne peuvent que séduire. Il nous incite, par-delà les siècles, à profiter, à jouir du moment présent dans sa plénitude, sans appréhension de la mort. D'une certaine manière, il rejoint là son cher Horace et son fameux «Carpe diem»: cueille le jour présent, sans te soucier du lendemain.

-Pensez-vous que votre livre incitera à la lecture des Essais ?

C'est même là son seul et unique but: que l'on retrouve directement et intégralement ces pages magnifiques, et qui sont d'une lecture aisée, vivifiante, malgré quelques chapitres, il est vrai, un peu plus difficiles, notamment celui sur l'apologie du théologien catalan Raymond Sebond. D'ailleurs, les bonnes éditions en format poche des Essais ne manquent pas. Pour ma part, je n'ai joué que mon rôle de passeur, d'intercesseur, avant de m'effacer devant cette œuvre magistrale.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article